Quel éclairage public pour demain ?

Le 11 septembre dernier, l’ancien monastère de Ste Croix accueillait une centaine d’élus et techniciens des communes du Parc du Vercors et de Biovallée dans le cadre d’un séminaire sur l’éclairage public.
« Quel éclairage public pour demain ? » La question a été posée aux différents intervenants qui ont abordé le sujet sous l’angle de la demande sociale, des impacts environnementaux et écologiques, ainsi que des contraintes financières et techniques.

Le Parc du Vercors nous en dit plus.

Les besoins et les fonctions ne sont plus ceux d’il y a trente ans. Les performances des équipements et la conception des installations peuvent désormais répondre à l’optimisation de ce service qui pèse lourdement dans les budgets communaux : l’éclairage public représente en moyenne 25% des dépenses énergétiques des communes, 40% des dépenses d’électricité.

Son impact est aussi environnemental, la nuisance lumineuse influence et perturbe la vie nocturne des insectes, des oiseaux et mammifères ayant parfois des conséquences sur la survie même de ces espèces, pouvant avoir un impact sur l’agriculture par exemple...
Le trop de lumière peut-être aussi responsable de problèmes de santé, tel que des troubles de sommeil.... Enfin, c’est la perte d’un patrimoine exceptionnel qu’est la nuit, ce ciel étoilé que l’on ne peut plus toujours apprécier, étudier sous nos latitudes (même si notre territoire reste relativement préservé aujourd’hui, la rénovation des équipements fait craindre pour l’avenir si cette préoccupation n’est pas étudiée).

Cependant, il faut se réjouir de la prise de conscience collective (et en particulier des élus) depuis quelques années. Des expériences ont été présentées et le questionnement des participants a bien montré la volonté d’aller vers une amélioration de la situation.
La Région a également montré son engagement pour accompagner les territoires dans cette réflexion.

Les diagnostics menés sur le territoire ont révélé que l’état actuel des équipements est en majorité très peu performant, voir obsolète. La plupart du temps, et surtout en milieu rural, les systèmes (éclairages et postes de commande) doivent être remis aux normes.
Agir sur la qualité des luminaires, leur puissance, leur consommation ; agir sur des fonctionnements différents par la modulation des puissances en fonction des heures de la nuit et des besoins de la vie locale ; agir par des allumages et extinctions contrôlées grâce à des horloges électroniques, procéder à des interruptions sur les périodes les moins fréquentées de la nuit (de 1h à 4h30) comme le pratiquent les communes engagées dans ce processus ; concevoir une autre forme d’éclairage as-sociant éclairage actuel et balisage lumineux suivant la période de la nuit.... Autant de pistes à réfléchir entre habitants et élus sur ce que nous voulons faire de nos territoires.

Pour accompagner les communes, les syndicats d’énergie des deux départements (Isère et Drôme) proposent leurs services. Les communes peuvent aussi faire appel aux associations Espaces Info Energie (AGEDEN et ADIL26 sur nos territoires) mais aussi être accompagnées des associations comme la FRAPNA ou le CPIE pour animer une concertation avec les habitants.

Les débats ont apporté aussi la preuve que ce sujet méritait d’être traité à l’échelle des communautés de communes ou d’un secteur pour des raisons d’ordre économiques mais aussi dans le but de créer une adhésion globale de la population et atteindre de meilleures performances sur le plan environnemental.

Michèle Eybalin vice présidente du Parc du Vercors et Michel Vartanian vice-président de la Communauté des communes du Diois ont conclu cette journée en invitant les élus et associations à poursuivre ce travail et sur le terrain au sein de leur intercommunalité ou à l’occasion du « jour de la nuit » par exemple...



Partagez cette info sur...


REAGIR / PROPOSER... Commentaires sous la responsabilité de leurs auteurs, sans engager l'auteur de l'aticle ci-dessus ou le site.

Messages

    Réfléchir sur l’éclairage public, c’est très bien. Mais à une condition : que, quelles que soient les conclusions et décisions prises finalement, on nous en explique avec HONNÊTETE les raisons, et par exemple qu’on n’essaie pas de nous faire croire que telle diminution d’éclairage a été décidée pour des raisons écologiques (ne pas perturber les insectes et les oiseaux) ou poétiques (pouvoir admirer le ciel étoilé) alors qu’elle l’a été pour des raisons économiques (diminuer les coûts). Le citoyen contribuable que je suis est capable de comprendre la nécessité de faire des économies, mais n’aime pas qu’on le prenne pour un imbécile.

    Pourquoi allumer la nuit ???

    Pourquoi ne pas simplement mettre des capteurs sur les réverbères qui allumeraient les ampoules au moment où la luminosité baisse ?
    La luminosité, comme chacun sait, se calcule en Lux, il suffit de régler le nombre adéquat tout en modifiant l’intensité de l’allumage.

    Quoiqu’il arrive, l’allumage pourrait se faire jusqu’à 22h et reprendre à 5h du matin.
    Combien d’entre nous se balade dans ses heures ?
    Pourquoi pas aussi des capteurs dès qu’on s’approche des réverbères et qui s’éteindraient automatiquement ?
    Et puis, n’oublions pas que nos voitures possèdent des phares...
    Si on parle des piétons !
    L’été, il fait jour très tard et l’hiver, se promener à minuit par -20°, je ne pense pas que ça attire une foultitude de gens !

    Au-delà de tout ça, n’oublions pas non plus que nous payons ces éclairages très chers sur nos factures EDF, sans parler des impôts locaux et fonciers...

    A l’heure où le mot "économie" est dans la bouche de chacun d’entre nous, celle-ci en fait partie et non des moindres...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pas de message anonyme ! Dîtes qui vous êtes (au moins le prénom) et laissez votre adresse email pour être prévenu(e) d'une éventuelle réponse...
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document




Les pages "village"...

Auberives-en-Royans ... Autrans ... Beaufort-sur-Gervanne ... Beauvoir-en-Royans ... Bouvante ... Chamaloc ... Château-Bernard ... Châtelus ... Châtillon-en-Diois ... Choranche ... Combovin ... Corrençon-en-Vercors ... Die ... Échevis ... Engins ... Gigors-et-Lozeron ... Glandage ... Grenoble ... Gresse-en-Vercors ... La-Chapelle-en-Vercors ... Lans-en-Vercors ... Léoncel ... Malleval ... Méaudre ... Oriol-en-Royans ... Ponet-et-Saint-Auban ... Pont-en-Royans ... Presles ... Rencurel ... Rochechinard ... Romeyer ... Saint-Agnan-en-Vercors ... Saint-Andéol ... Saint-André-en-Royans ... Saint-Gervais ... Saint-Hilaire du Touvet ... Saint-Jean-en-Royans ... Saint-Julien-en-Quint ... Saint-Julien-en-Vercors ... Saint-Laurent-en-Royans ... Saint-Martin-en-Vercors ... Saint-Martin-le-Colonel ... Saint-Nazaire-en-Royans ... Saint-Nizier-du-Moucherotte ... Saint-Romans ... Sainte-Croix ... Treschenu-Creyers ... Vachères-en-Quint ... Vassieux-en-Vercors ... Villard-de-Lans ...