Rapprochement des Communautés de communes en Vercors : la réponse et position de la CCMV.

Communiqué que nous recevons de Pierre Buisson, Président de la Communauté de communes du Massif du Vercors (CCMV) et du bureau communautaire, sur le sujet des projets de rapprochement ou non des Communautés de communes en Vercors. Nous le reproduisons tel quel, en tant que droit de réponse bien normal à l’article publié sur ce même site [1].

"Dans le cadre des débats sur l’évolu on du périmètre de notre intercommunalité, je souhaite condamner les propos des auteurs de l’article paru sur le site Initiatives Vercors le 7 juin 2016 qui visent à discréditer des élus ciblés individuellement et par la même la CCMV dans son ensemble.
Cela n’est pas acceptable. Sur un sujet aussi fort et tout aussi complexe, on ne peut porter des jugements aussi réducteurs que blessants sur un groupe d’habitants. Le chemin de la fusion ne le tolère pas.
Cet article laisse croire qu’il existe des désaccords au sein du conseil communautaire alors que les di érentes séances de travail et les débats se sont toujours conclus par des décisions et des votes à l’unanimité. En tant que Président de la CCMV, j’ai depuis toujours privilégié la concertation comme méthode de travail et je me suis toujours attaché à ce que les intérêts des habitants de chacune des communes membres soient pris en compte de manière juste et équitable.

Je tiens à rappeler que la position du conseil communautaire (NDLR : de la CCMV, 4 Montagnes) n’a pas varié : elle a été traduite dans la délibération du 30 novembre 2015, adoptée à l ’unanimité :
- qui se prononce contre le projet de fusion du Préfet de fusion des trois seuls établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) Communauté de communes du Vercors (CCV), Communauté de communes du Pays du Royans (CCPR) et CCMV
- qui demande au Président de la CCMV de présenter un amendement devant le Préfet prévoyant un rassemblement plus ambitieux, d’une intercommunalité « Coeur de Vercors » forte et respectueuse de son territoire et de ses habitants incluant à minima, outre la CCV, la CCPR et la CCMV, les trois communes de la Communauté de communes de la Bourne à l’Isère (CCBI) qui en ont fait la demande (Pont en Royans, Chatelus et Rencurel) et toutes celles incluses dans le bassin de vie Royans-Vercors qui en feraient la demande ; précisant qu’il s’agit d’une condition sine qua non pour le rapprochement des trois EPCI pré-cités.
- Cette délibération actait également que dans le cas où cet amendement ne pourrait aboutir, le territoire de la CCMV, demanderait à bénéficier de la dérogation de la loi Notre pour permettre une démarche en deux temps : d’abord une fusion CCV, CCPR pour qu’ils bénéficient eux aussi de la dérogation de la loi Notre, puis, dans un deuxième temps, le regroupement avec la CCMV et des communes de la CCBI qui le souhaitent.

Ces scénarii sont issus d’une concertation des exécutifs des intercommunalités concernées réunis à la Chapelle en Vercors le 5 novembre 2015 qui a abouti à une décision commune afin que tous ces territoires délibèrent en cohérence. Puis une réunion avec les Préfets de la Drôme et de l’Isère a fait apparaître que l’amendement souhaité ne pourrait se faire.

C’est pourquoi, j’ai déposé au mois de mars 2016, au nom du conseil communautaire de la CCMV et en accord avec la délibération du 30 novembre 2015, un amendement différent demandant à ce que la CCMV bénéficie de la dérogation, assorti d’un calendrier engageant la CCMV à rejoindre la nouvelle intercommunalité au plus tard le 1er janvier 2018 en menant en place un protocole d’accord entre les 3 EPCI.
C’est dans ce cadre que nous avons proposé d’un commun accord avec les Présidents des intercommunalités, des groupes de travail pour préparer ce projet et respecter ce processus.
Ceci est le scénario que j’ai soutenu et que je continuerai à soutenir dans la mesure où il traduit la position du conseil communautaire et des conseils municipaux, construite dans la concertation au cours de laquelle chacun a pu s’exprimer avant de se mettre d’accord sur une position commune."

Pierre Buisson, Président de la Communauté de communes du Massif du Vercors (CCMV)



Partagez cette info sur...


REAGIR / PROPOSER... Commentaires sous la responsabilité de leurs auteurs, sans engager l'auteur de l'aticle ci-dessus ou le site.

Messages

    Euh, en clair ca veut dire quoi ? (je n’ai strictement rien compris, entre les résolutions, les positions, les amendements non validés, les nouveaux amendements souhaités, les délibérations prises par l’ensemble des CC et celles prises par une seule CC...).

    Je suis désolé mais Mr Buisson ne répond pas au précédent article,
    aurait-il peur pour son job de Président de la CCMV ?
    est-il sous (mauvaise) influence de Mme Carlioz qui veut aller très vite quand il s’agit de la fusion Corrençon/Villard mais qui veut prendre le temps quand il s’agit de la fusion CCMV et les autres ?

    Bonjour à tous, il est bien évident qu’il existe des voix discordantes, nombreuses, que l’on veut étouffées pour arriver à un but qui n’est pas du tout celui de tous. Monsieur Hubert Arnaud, maire d’Autrans-Méaudre n’a pas manquer de courage, ni de volonté, pour répondre à mes questions.
    Tous, les autres pas contents, en "dissidences" comme il est dit, l’en remercie vivement et l’encourage dans sa lancée. Il est également bien évident que Monsieur Pierre Buisson, président de la CCMV, est mal assis entre deux chaises. (Lire le commentaire 2 de "Christian".
    Merci à chacun de relire les 2 articles, paru sur ce site, et aussi les commentaires dessous.

    Merci Mr Buisson pour cette intervention que, pour ma part, je trouve particulièrement claire & pragmatique.
    Ce rapprochement des 3 interco, à l’évidence souhaité par tous, ne pouvant être réalisé que dans la sérénité et le respect des positions de chacun, je trouve dangereux et dommageable pour l’unité vercorienne recherchée, de sombrer dans de vaines querelles de personnes ; querelles qui, en tout état de cause, ne peuvent pas faciliter les prochains échanges sur un sujet devenu "très très brulant" (Cf. : titre de l’article sur la moitié de la page Vercors du Dauphiné du jour).

    Toute cette lecture m’attriste profondément… Moi-même villardien, je ne peux que déplorer ces positions politiciennes déplorables de nos représentants.
    Je me suis intéressé au sujet de la fusion des intercommunalités que récemment, un peu par hasard, suite à la lecture de l’édito de notre Maire dans la dernière Lettre aux Villardiens. C’est donc en curieux que je me suis intéressé au sujet de cette fusion des territoires. J’ai cherché, longuement et vainement, des informations sur notre territoire, sur Villard en particulier, car hormis dans la dernière lettre, rien ou très peu n’a été fait pour renseigner les citoyens que nous sommes. Comparativement, le projet de fusion entre Villard et Corrençon a été l’objet d’une très forte communication alors qu’une fusion de massif, complètement logique avec la réalité physique et historique de notre beau Vercors, n’a eu droit qu’à (presque) 2 pages dans un journal communal. Et c’est donc en « fouillant » chez nos voisins drômois, ceux que certains élus villardiens considèrent à tort comme (je cite) « les pauvres du Vercors », que j’ai pu (enfin !) me renseigner. Car oui, dans le Vercors (car le Vercors, quoi qu’on en dise, c’est là-bas avant d’être chez nous) la communication sur le sujet est active depuis presque 1 an. 1 an ! 1 an d’articles divers, de « points d’avancement des discussions », de réunion publique (il y en a eu au moins une) quand dans les 4 Montagnes nous n’avons eu droit qu’à 1 page (et une partie d’édito) dans le numéro 69 de la Lettre aux Villardiens… Alors oui, je me suis intéressé à nos voisins du Vercors et j’ai compris que sans cette fameuse « Lettre à nos amis des 4 Montagnes », nous n’aurions jamais eu d’informations dans notre lettre communale. Car en effet, c’est en réaction à cette « intrusion monstrueuse » des drômois dans notre territoire que certains élus veulent indépendant à l’extrême que notre Maire a bien voulu communiquer avec ses administrés… J’ai osé discuter avec certains élus villardiens pour avoir des explications, la fusion générant augmentations d’impôts, la CCMV qui perdrait sa majorité (et donc son pouvoir !!! Mon Dieu, quelle catastrophe…), que les villardiens paieraient pour les drômois si désœuvrés… Bref, des arguments de peur, de craintes et de raisons en refusant cette fusion. Alors, j’ai voulu avoir le son de cloche du Sud. Et là, le discours change (naturellement) mais il est construit, vérifiable, ouvert. On me donne des chiffres, du travail a été fait, les impôts augmenteront certes, par effet d’harmonisation fiscale, mais dans le Royans, les 4 Montagnes subissant une légère augmentation du non bâti de 8% (sur 12 ans…). On me donne également des références réglementaires sur le nombre de sièges, sur les compétences, sur tout plein de sujets concrets. Alors je m’interroge sur cette fusion, refusée par les 4 Montagnes en 2017 mais acceptable (sous conditions m’a-t-on bien rappelé pour me rassurer) en 2018. Refuser pour 1 an et ce, malgré les incidences pour nos voisins (2 fusions à assumer en 2 ans, bravo les économies ! Et pour le payer ? Et bien on augmentera les impôts !) ??? Ces mêmes voisins (que nous humilions en refusant de prendre la main qu’ils nous tendent) qui seront à terme nos partenaires ? Nous sommes donc prêts à nous tirer une balle dans notre propre pied ? Et donc désormais, je comprends. Je comprends que nos élus villardiens et lantiers (car ce sont eux qui bloquent ce projet de fusion de massif) n’ont rien compris. Ou s’ils ont compris, c’est que leur projet est purement politique, à court terme et complètement anti-territorial. Car oui, ce sont les représentants de 2 communes sur 24 qui bloquent, soit 6 700 habitants sur 21 350… Par la volonté personnelle de quelques-uns, on condamne tous les autres. Alors voilà, sur ce sujet, je ne me retrouve pas. Je refuse d’être ce vieux villardien accroché à son village, refusant le Vercors quand cela l’arrange mais utilisant son nom quand celui-ci peut m’aider. Savez-vous, chers habitants, comment les services de l’Etat voient les choses désormais ? Et bien, c’est simple, les 4 Montagnes ont OFFICIELLEMENT refusé en 2011 leur rattachement à Grenoble sous le prétexte de vouloir rester un territoire rural de moyenne montagne (et là, cela a été judicieux) et en 2016, le même territoire refuse OFFICIELLEMENT son rattachement au massif (rural et de moyenne montagne). Le rattachement à la Métro de Grenoble est donc relancé, et dans ce cas-là, qu’on essaie de me convaincre que la donne sera meilleure pour les 4 Montagnes avec Grenoble qu’avec La Chapelle en Vercors ou Saint Jean en Royans. Qu’on essaie de m’expliquer que le « pouvoir villardien » sera préservé davantage à Grenoble que sur le massif et que nos impôts, notre qualité de vie et la logique de plus de 40 ans de travail sur le massif pourra être préservée. Mesdames et messieurs les élus de Lans et de Villard, votre décision prise sur un mandat de 6 ans (dont il reste 3 ans et demi) nous condamne pour les 50 prochaines années. Ce manque de vision territoriale est dramatique à votre niveau de responsabilités. Vous avez été élus pour le bien être de notre territoire sur le long terme pas pour parier sur notre éventuel avenir dans cette société en crise en perpétuelle réforme. Ne pas prendre en main notre avenir est une erreur qui nous coûtera chère et imaginer que nous pourrons éviter sans cesse d’être happés par Grenoble est un leur. Villard de Lans est un joli nom connu, mais celui du Vercors l’est bien plus.

    Bon, donc si j’ai bien compris, c’était non au rapprochement avec Grenoble en 2011, non au rapprochement avec le Vercors dromois ou en tous cas, pas tout de suite. Et au final, ça risque fort d’être oui au rapprochement avec Grenoble et très rapidement.
    Si rapprochement il doit y avoir, je vote oui au rapprochement avec le vercors dromois et non au rapprochement avec Grenoble avec qui je ne vois aucun sujet commun...
    Mais je me pose aussi quelques questions : j’ai cherché vainement les économies dans la proposition de rapprochement de Villard et Corrençon (3 conseils municpaux et des présidents de ceci et de cela à la pelle). Qu’en sera-t-il avec le prochain rapprochement ? Combien de présidents et de vice-présidents, combien de postes de complaisance et de commissions pompeuses et inutiles ?
    Tout ça me fatigue !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pas de message anonyme ! Dîtes qui vous êtes (au moins le prénom) et laissez votre adresse email pour être prévenu(e) d'une éventuelle réponse...
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document




Les pages "village"...

Auberives-en-Royans ... Autrans ... Beaufort-sur-Gervanne ... Beauvoir-en-Royans ... Bouvante ... Chamaloc ... Château-Bernard ... Châtelus ... Châtillon-en-Diois ... Choranche ... Combovin ... Corrençon-en-Vercors ... Die ... Échevis ... Engins ... Gigors-et-Lozeron ... Glandage ... Grenoble ... Gresse-en-Vercors ... La-Chapelle-en-Vercors ... Lans-en-Vercors ... Léoncel ... Malleval ... Méaudre ... Oriol-en-Royans ... Ponet-et-Saint-Auban ... Pont-en-Royans ... Presles ... Rencurel ... Rochechinard ... Romeyer ... Saint-Agnan-en-Vercors ... Saint-Andéol ... Saint-André-en-Royans ... Saint-Gervais ... Saint-Hilaire du Touvet ... Saint-Jean-en-Royans ... Saint-Julien-en-Quint ... Saint-Julien-en-Vercors ... Saint-Laurent-en-Royans ... Saint-Martin-en-Vercors ... Saint-Martin-le-Colonel ... Saint-Nazaire-en-Royans ... Saint-Nizier-du-Moucherotte ... Saint-Romans ... Sainte-Croix ... Treschenu-Creyers ... Vachères-en-Quint ... Vassieux-en-Vercors ... Villard-de-Lans ...