Isolation de nos maisons : Le débat continue...

Voici une réaction très argumentée d’un lecteur, au sujet d’un article précédemment publié sur le présent site, "Questions/réponses autour de l’Energie et notre habitat du Vercors".

"Bonjour,

Autoconstructeur à 100% d’une maison basse consommation (non labellisée)
ossature bois isolation bottes de paille et enduits terre de Villard de
lans, je me permets de réagir à l’article répondant à 5 questions sur
l’isolation et la ventilation des habitations
.

Les ingénieurs thermiciens français ont tendance, comme semblent
l’indiquer également les conseils prodigués ici, à prétendre qu’en
dehors de la VMC double flux, point de salut !

Je m’inscris en faux contre cette affirmation pour plusieurs raisons :
la conception actuelle (ettrès discutable) des maisons basse consommation
(label BBC effinergie et autres) suppose la réalisation d’une enveloppe
(les parois de la maison) étanche à l’air à 100%. Il faut alors
installer une VMC (ventilation mécanique controlée) pour renouveler
régulièrement l’air de la maison, ce qui n’est plus possible
naturellement.

AVANTAGE : SEULEMENT SI LA VMC EST DOUBLE FLUX comme le dit l’article :
l’air entrant est réchauffé par l’air sortant et la maison ne se
refroidit pas. Argument implacable et réel !

Mais il y a des INCONVENIENTS ET NON DES MOINDRES :

- Si l’enveloppe de la maison est constituée de matériaux non
écologiques type polystyrène, laine de verre et autres émetteurs de COV
etc, comme c’est le cas dans nombre de maisons BBC, alors l’enveloppe
étanche devient une prison a polluants que la vmc double flux devra
effectivement évacuer ... Incohérence totale à mon sens ... Etre
cohérent, c’est donc créer une enveloppe en matériaux écologique type
laine de bois, chanvre etc et des finitions type enduits terre, chaux,
peinture naturelle en évitant toutes les colles (pose des planchers etc)
pour ne pas piéger de composants nocifs et donc ne pas avoir à les
évacuer en plus de l’air vicié dû à notre respiration (CO2).

- Une VMC double flux suppose un réseau de gaines très épaisses
(diamètre 150- 200-250mm ...) qui prend une place énorme dans la maison,
génère un bruit de fond continu, et consomme de l’électricité donc
contribue à la production d’énergie nucléaire ... Faire une maison moins
volumineuse, c’est avoir moins d’air à renouveler, moins consommer
d’énergie ( et moins de ménage aussi ...)

- Une VMC double flux coute encore cher à l’achat et à l’installation
(mini 3000 euros).

- L’air amené par la VMC est pollué lui même par les composants des
gaines de transport et le développement progressif d’agents pathogènes au
fur et à mesure que l’installation viellit et que l’humidité de l’air
sortant la contamine. Il nécessite une intervention annuelle réalisée
par un technicien pour minimum de 150 euros et personne n’est certain
qu’elle suffise ... nous le saurons dans 15 ans ...

- Dans une enveloppe étanche, l’air ne passe pas mais souvent, les
transferts d’humidité sont également médiocres sinon nuls. En cas
d’installation peu soignée (ce qui est le cas dans plus de 50% des
situations), des points de condensation naissent ici et là à la jonction
des matériaux, et les moisissures s’installent ...

ALORS PEUT-ON SE PASSER DE VMC DOUBLE FLUX ?

- OUI car La ventilation naturelle controlée remplace avantageusement la
VMC dans des pays précurseurs (allemagne, autriche). Mais seuls quelques
thermiciens spécialisés sont compétents en la matière en france et leur
intervention coute cher. Nous sommes comme d’habitude en retard d’une
guerre sur nombre de pays en ce domaine. Il s’agit de laisser entrer de
l’air extérieur en le faisant transiter par des espaces tampons tempérés
type vide sanitaire, cave afin de ne pas refroidir la maison. Pas besoin
d’électricité, c’est la conception de la maison qui permet le
renouvellement naturel, indispensable lui, de l’air de la maison, bref un
retour réfléchi et calculé à ce que les anciens faisaient à
l’instinct, donc pas toujours efficacement du point de vue thermique.

- OUI si on n’oublie pas quelques principes élémentaires que je
résumerais ainsi : Pour ne pas avoir d’air pollué à évacuer, il ne faut
pas polluer l’air !! Donc réduire au minimum toutes les sources de
pollution possibles : matériaux type PVC, colles, meubles
contreplaqués-collés, bois lamellés-collés , plastiques de toute sorte
...

- OUI car pour ne pas avoir à sortir l’humidité ambiante par des tuyaux,
il suffit de la laisser perspirer par les murs eux-mêmes.... Les murs
doivent donc être étanches à l’air pour éviter les déperditions
thermiques mais être perspirants, c’est à dire être capable d’évacuer
la vapeur d’eau vers l’extérieur ... Et là, peu de matériaux sont aussi
performants que la paille pour l’isolation et la terre pour la
perspiration, en tout cas à cout non prohibitif ....

- OUI en prévoyant des sols et murs à inertie permettant de stocker la
chaleur et la diffuser lentement, ce qui permet d’ouvrir les fenêtres sans
refroidir durablement la maison. La encore, la terre, par sa masse, est une
solution idéale car écologique et bon marché pour créer de l’inertie
tout en gardant la perspiration des parois.

En résumé selon moi (et c’est un avis que je partage ...), si on a 300
000 euros à mettre dans sa maison BBC de 120m2, on peut s’orienter vers
une VMC double flux et s’offrir des matériaux perspirants et écologique
de A à Z (il y aura quand même quelques inévitables polluants à droite
à gauche).

Si on a encore plus, on se paie un thermicien spécialisé en ventilation
naturelle controlée qui travaille avec un architecte spécialisé en
maison biocimatique .

Si on est ric rac, on se fait une petite maison en paille pour l’isolation
et on utilise des enduits terre, un sol en terre pour la perspiration, et
l’inertie (de +, la terre absorbe les polluants)... Quelques plantes
vertes, une gestion rationnelle de l’aération par ouverture des fenetres
(oh le vilain ..), l’utisation de la hotte qui puisera son air dans un
espace ventilé naturellement mais tempéré (cave sous terre)...

Notez que souvent, on vous vend une VMC mais ce que vous installez ensuite
 : la hotte, le poele à bois et son conduit, sont rarement pris en compte
alors qu’un petit poele de 6kwh (ou la hotte) remplacent en fonctionnement
tout l’air de votre maison en une heure ou deux grand maximum ...

Pour plus d’infos , voir l’excellent LIVRE DE JP OLIVA ET SAMUEL COURGEY -
LA CONCEPTION BIOCLIMATIQUE - dans sa dernière version car les premières
n’avaient pas encore découvert la ventilation naturelle contrôlée.

Pour la paille , la terre et la curiosité ... voir les liens sur mon site
www.vercorpaille.com .

Vos choix restent néanmoins sous votre entière responsabilité de
citoyens du monde ...

écologiquement,"
Luc Mortier



Partagez cette info sur...


REAGIR / PROPOSER... Commentaires sous la responsabilité de leurs auteurs, sans engager l'auteur de l'aticle ci-dessus ou le site.

Messages

    Bonsoir,

    j’aimerais réagir aux 2 premières interventions relatives à l’isolation
    de nos maisons.

    Dominique Dupont reprend les points essentiels à respecter si on a
    l’ambition de construire ou rénover des maisons très basse-consommation
    ou passives. Isolation maximale, étanchéité à l’air, bioclimatisme, VMC
    double flux, ... sont les moyens techniques / technologiques avec lesquels
    l’objectif visé "atteindre un label énergétique" peut être aisément
    atteint. On peut dire que Dominique représente la voix universitaire et
    industrielle reconnue. Son intervention est un résumé de ce qui se dit et
    s’écrit dans les revues et conférences. Il a raison sur bien des points.
    Luc mortier pour sa part se fait le représentant des auto-constructeurs
    qui refusent tout accès à la technologie. Luc se fait le chantre de la
    simplicité. Il a également raison.

    Deux visions de l’acte de bâtir, 2 regards sur les moyens à employer,
    tous deux corrects. A quelques précisions ou subtilités ou nuances près.

    Je m’explique.
    Quelques nuances vis à vis de l’argumentaire de Dominique
    - Ecrire qu’un triple vitrage est 2 fois plus isolant qu’un double vitrage
    et que dès lors il faut placer du triple vitrage partout est un raccourci
    disons trop simplifié. La comparaison doit se faire au niveau de la
    fenêtre et non pas au niveau du vitrage seul. La valeur Uw d’une fenêtre
    à TV très performante varie de 0,8 à 1,2. Son homologue équipé de DV
    très performant varie entre 1,3 et 1,6. Tu cites, Dominique, l’écart
    entre les meilleures fenêtres TV et les moins bonnes à DV. Ce qui ne me
    semble pas une comparaison heureuse. De la même façon, les valeurs
    avancées pour les facteurs solaires (70% pour le double et 65 pour le
    triple) sont trop simplifiées. Suivant les fabricants et les gammes, on
    trouve des TV à facteur solaire variant entre 0,55 et 0,63 alors que le DV
    se situe entre 0,40 à 0,70. Les prix sont actuellement (cela change de
    mois en mois) très en défaveur des fenêtre TV. Il va dès lors choisir
    selon un certain nombre de priorités qui sont, outre le prix, le lieu,
    l’orientation, la présence de masques solaires, l’utilisation ou non de
    volets ...
    - petite nuance également concernant la capacité de stockage des isolants
    lourds. Elle est assez négligeable. Par contre, leur capacité à
    empêcher la chaleur de rentrer dans l’habitat peut être un atout en
    toiture ou en face ouest.

    Quelques nuances également par rapport aux commentaires de Luc.

    Tout d’abord, Luc, Dominique a bien écrit "il faut privilégier des
    systèmes de ventilation performant, comme la ventilation mécanique double
    flux
    ". "privilégier" n’est pas synonyme de "outre cela, point de salut".

    Tu fais ensuite l’amalgame entre absence de polluants et utilisation de
    matériaux écologiques. Tu as raison en un sens. Nous pouvons en effet
    réduire les polluants par des actes d’achat responsables. Nous ne sommes
    toutefois pas maîtres de la composition de tous les produits de notre
    quotidien. Dès lors, notre habitation véhicule toujours des substances
    néfastes pour la santé : dioxyde de carbone, COV dont les dangereux
    aldéhydes, fumées diverses et gaz de combustion. Sans oublier le radon,
    présent dans de nombreuses régions ...

    Autre chose. Sois conscient que des parois perspirantes ne laissent
    transiter que 10 % et moins de la vapeur d’eau produite quotidiennement par
    une famille moyenne. Dire que l’ensemble de la vapeur d’eau s’évacue
    automatiquement par les parois si celles ci sont respirantes est une
    erreur. Je te suggère d’acheter les 2 prochains n° du magazine "la Maison
    écologique" dans lesquels je développe le sujet.

    Enfin, ne fais pas l’amalgame entre étanchéité à l’air, boite à
    polluants et à humidité qu’il faut nécessairement évacuer par une VMC.
    La vérité est beaucoup plus en nuances que cela !

    Tu as par contre raison en ce qui concerne la VMC 2-flux : elle est chère,
    pas toujours facile à installer, surtout en rénovation. Et surtout, les
    conduits doivent faire l’objet d’un entretien fréquent. Installer une VMC
    2-flux et ne pas être actif dans sa maison est antinomique.

    Tu as aussi
    raison pour la recherche de simplicité, pour la paille, la terre (sauf
    peut-être l’absorption des polluants, capacité qui pour la terre me
    semble plus relever de l’imaginaire que de la réalité) et le bois. Ces
    matériaux sont les prototypes des matériaux "modernes" de par leurs
    qualités. Il ont également des contraintes. Mais c’est l’objet d’un
    bouquin entier !

    Transition coup de pub : tout cela est décrit (en 300 pages), avec moultes
    tableaux et schémas dans "la construction écologique" que j’ai récemment
    publié aux éditions Terre Vivante.

    JC Mengoni, journaliste et auteur, habitant du Vercors (sud).

    • Bonsoir JC (et à tous les heureux lecteurs et heureuses lectrices de ces articles passionnants ...)
      Merci de ta participation au débat.
      A mon tour d’apporter quelques précisions et/ou rectifications.

      Comme tu le dis fort justement, l’objectif à atteindre par le biais des technologies décrites par Dominique Dupont (à qui, je me sens tenu de le préciser, je ne fais aucun procès) est d "atteindre un label énergétique".

      Mon objectif d’auto-constructeur est effectivement très différent : il s’agit d’atteindre un niveau de qualité de vie dans ma maison, tout en respectant ma planète. Il s’agit d’être cohérent, dans mes choix constructifs, avec mes autres choix de vie. Ce sont les miens et ceux de ma famille, ils sont uniques. Et peu m’importe d’être ou non apte à la labellisation. Il m’importe surtout de les faire en conscience.

      Il y a donc forcément dans ma démarche une part de subjectivité dont ne peut se satisfaire celui qui élabore un processus visant à une labellisation. Tout comme il y a une part d’individualité, de choix et sensibilité personnels qu’une labellisation tend à ignorer pour aboutir à un procédé unique.

      J’ai certes un peu caricaturé en employant l’expression "point de salut" alors que le propos de Dominique était plus nuancé mais le journaliste que tu es connait l’effet d’une accroche ... j’ai cédé à la tentation d’être lu plus avant !

      Quand tu écris "Luc mortier pour sa part se fait le représentant des auto-constructeurs
      qui refusent tout accès à la technologie.", je préfère me dire que tu emploies un procédé similaire pour susciter une réaction et que tu ne penses pas vraiment que les auto-constructeurs dont je serais le représentant refusent tout accès à la technologie !

      Précisons donc déjà trois points :
      1. je ne suis le représentant que de moi même et ne considère surtout pas que le fait d’avoir bientôt (sic) terminé ma maison quasi- entièrement autoconstruite me donne les compétences et le droit de donner des leçons de construction écologique à qui que ce soit
      2. MAIS je refuse également l’idée que seuls les professionnels de la construction, les vendeurs de matériaux, les industriels ou les journalistes puissent avoir un avis argumenté et le soumettre à d’autres.
      3. NON, je ne refuse pas l’accès à la technologie mais je refuse que la technologie sorte de son rôle de moyen pour devenir un but ...

      Je ne cherche donc pas à dire qui a raison ou tord mais simplement à inciter chacun à réfléchir en fonction de sa propre personnalité, de ses propres besoins à ce qu’il veut faire de sa future maison sans accepter aveuglément toute affirmation qui viendrait aussi bien du vilain auto-constructeurs rétifs à tout progrès que je suis (allons y franchement ..) que des ingénieurs accrédités ou journalistes bien pensants que vous êtes (la je mets la dose ...)

      Maintenant que la table est mise, voyons les plats :
      concernant les vitrages, on sait effectivement maintenant que l’essentiel des pertes thermiques ne proviennent plus des verres mais des menuiseries et de la façon dont elles sont posées. Ainsi, je suis certain que vous serez tout deux d’accord avec moi si j’affirme qu’il est inutile d’investir dans du triple vitrage si les menuiseries sont de mauvaise qualité et la pose baclée. Pour ma part, j’ai opté, en ce qui concerne les ouvrants, pour des double-vitrages argon dans une menuiserie épaisse ( Pin lamellé collé 69-79 mm - Finition imorégnée IFH - Rejet d’eauAluminium- Ferrage Roto système tri directionnel, oscillo battant en standard - Vitrage Climaplus Ultra I .l - 4/16 Argon 14 -Label de classification A4 |E&AN4. Coefficients 1,5 ou 1,6W/m2.K selon les cas) . Et pour les baies fixes, dans le même verre en triple vitrage 4-16-4-16-4 directement insérées dans l’ossature de la facade nord.
      Mais comme tu le dis, ces choix me paraissent cohérents d’après l’orientation de ma maison,son altitude, la météo locale, son exposition au vent, côté objectif. Côté subjectif, ils le sont également car nous avons un besoin vital et congénital de laisser entrer un maximum de lumière naturelle dans la maison et il y a une vue magnifique au nord. Mais il va de soi qu’ils seraient totalement aberants dans d’autres situations
      Les polluants : Je suis d’accord sur le fait que des polluants persistent, indépendamment de notre volonté. Mais ce n’est pas parce que l’on risque fort de tomber sur un fruit gâté qu’il faut tous les choisir pourris ... Je suis le premier a dénoncer les oeillères que portent certains éco-constructeurs qui refusent de voir le côté très néfaste pour la santé des poussières de bois par exemple, ou qui ne veulent surtout pas réfléchir à leur participation au maintien d’une agriculture intensive en utilisant des bottes de paille non bio ... (j’attends toujours un article sérieux que tu feras peut-être .. sur la rémanence des produits de traitement agricole dans les bottes de paille issues de la Bausse ??)
      Perspirabilité et étanchéïté à l’air : pardon si j’ai amalgamé les deux éléments dans mon texte. Ce n’est pas le cas dans ma tête ... Je n’en reste pas moins persuadé qu’on peut éliminer l’humidité autrement que par une VMC et m’inscrit en faux contre ton affirmation .. Encore une fois, on cherche à régler un problème ou des problèmes dont certains sont générés par des choix constructifs , par une solution unique et on invente la VMC, qui génère d’autres problèmes. Mais en mêlant matériaux retenant l’humidité dans les phases humides (nuit, petit matin) et la restituant dans les phases sèches (après-midi, poele a bois chauffant), à l’ inertie des sols en terre et enduits voire murs en pisés pour que les murs réchauffent l’air après ouverture des fenetres, isolation et VHC (ventilation humaine contrôlée ... = ouverture des fenêtres), on peut obtenir un résultat très satisfaisant mais très difficilement mesurable autrement que par des constats de non pourrissement dans les angles, d’air agréable à respirer, d’humidimètre bloqué à 40 % ... Je ne prétends donc absolument pas que 100% de l’humidité sort de la maison par les parois mais que la paroi perspirante en évacue une partie (va pour 10%) et les enduits terre stockent ce qui n’est pas évacué sans dommage jusqu’à ce qu’elles puissent le restituer quand l’air s’assèche. A titre d’exemple, je t’affirme que l’humidité de l’air dans notre salle de bain enduite de terre et bardée de bois varie très peu et que même après un bain chaud absolument anti-écologique et indigne d’un auto-éco-constructeur-antitechnologique, il n’y a aucune buée sur le miroir ...
      Capacité de la terre à retenir les polluants – fiction ou réalité ? : J’avoue ne pas avoir de références précises en la matière et je suis preneur d’éléments si tu en trouves.

      Je terminerai sur ton coup de pub en te confortant dans tes a priori sur les autoconstructeurs ... En plus d’être contre la technologie, ils sont contre le commerce ... Mais ils acceptent volontiers les cadeaux des bons auteurs bien documentés !!

      Bien à toi,
      Luc Mortier, planète terre, galaxie d’andromède pendant les vacances scolaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Pas de message anonyme ! Dîtes qui vous êtes (au moins le prénom) et laissez votre adresse email pour être prévenu(e) d'une éventuelle réponse...
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document




Les pages "village"...

Auberives-en-Royans ... Autrans ... Beaufort-sur-Gervanne ... Beauvoir-en-Royans ... Bouvante ... Chamaloc ... Château-Bernard ... Châtelus ... Châtillon-en-Diois ... Choranche ... Combovin ... Corrençon-en-Vercors ... Die ... Échevis ... Engins ... Gigors-et-Lozeron ... Glandage ... Grenoble ... Gresse-en-Vercors ... La-Chapelle-en-Vercors ... Lans-en-Vercors ... Léoncel ... Malleval ... Méaudre ... Oriol-en-Royans ... Ponet-et-Saint-Auban ... Pont-en-Royans ... Presles ... Rencurel ... Rochechinard ... Romeyer ... Saint-Agnan-en-Vercors ... Saint-Andéol ... Saint-André-en-Royans ... Saint-Gervais ... Saint-Hilaire du Touvet ... Saint-Jean-en-Royans ... Saint-Julien-en-Quint ... Saint-Julien-en-Vercors ... Saint-Laurent-en-Royans ... Saint-Martin-en-Vercors ... Saint-Martin-le-Colonel ... Saint-Nazaire-en-Royans ... Saint-Nizier-du-Moucherotte ... Saint-Romans ... Sainte-Croix ... Treschenu-Creyers ... Vachères-en-Quint ... Vassieux-en-Vercors ... Villard-de-Lans ...